Chapeau :
jusqu'à 10 cm de diamètre, globuleux, dessus du champignon souvent plat, tronc- conique, puis s'étalant ;
cuticule blanche soyeuse, mate, séparable jusqu'au disque, jaunissement net au contact puis virant lentement au brun foncé ;
marge excédentaire, concolore, tenace ;
Lames :
serrées, inégales, libres écartées du pied, ondulantes, longtemps blanches à très pâles puis rose vif et enfin brun noirâtre ;
Pied :
jusqu'à 10 cm pour 1 à 2 cm de diamètre, cylindrique, généralement blanc, vite gris-beige-sale jaunissant fortement au contact, surtout vers le bulbe plus ou moins renflé et marginé, orné d'un anneau persistant, ample garni de quelques flocons crénelés en dessous ;
Chair :
d'épaisseur moyenne, blanche, grisonnante, jaune vif dans le bulbe et sous la cuticule, saveur douce, odeur peu agréable d'encre, de phénol mais jamais anisée ;
Spores :
sporée brun-noirâtre ;
spores brunes, lisses, ovoïdes 6 x 4 µm ;
Comestibilité :
toxique.

Commun en certaines places, généralement en troupes de nombreux individus, de juillet à octobre, l'Agaric jaunissant fréquente lisières de forêts, jardins, parcs, pâtures et prairies amandées délaissant le plus souvent les sous-bois.
Très souvent confondu avec d'autres agarics, c'est un champignon qu'il faut apprendre à connaître car réputé indigeste et légèrement toxique provoquant l'apparition de symptômes plus ou moins violents suivant les individus, et pourtant, absolument sans aucuns effets sur d'autres. Entre 20 minutes et 2 heures, "syndrome d'irritation gastro-intestinale" décrit sous le nom de "syndrome résinoïdien léger" qui se caractérise par des nausées, douleurs abdominales, vomissements et diarrhées. Il arrive que certains cas graves nécessitent une courte hospitalisation, la guérison est généralement de règle au bout de 2-3 jours, les compensations des pertes en eau et en sel restant le seul traitement.

- L'odeur peu agréable, parfois peu évidente mais souvent bien marquée au froissement ;
- un fort jaunissement de la surface du champignon dès qu'on le frotte avec l'ongle ;
- le sommet du champignon très souvent plat dit tronconique ;
- la base du pied présentant un petit bulbe ;
==>> sont les éléments distinctifs de ce champignon.

« Le jaunissement vif de la chair à la coupe, décrit dans la plupart des ouvrages, prête parfois à doute et génère pas mal de courriers de la part de mycoamateurs, les mycophiles que nous sommes, pensant voir l'intérieur du champignon virer immédiatement et intensément au jaune vif à la coupe. Mes observations personnelles montrent que le jaunissement n'est réellement évident (et pas très vif finalement) que dans le bulbe du pied à la jonction de celui- ci et du chapeau, par contre dès que l'on manipule le champignon, partout son -derme- vire nettement au jaune. Quant à l'odeur, pour les exemplaires photographiés, sur le frais elle ne paraissait pas très évidente, un peu plus au froissement, par contre une nuit en cave et celle- ci s'est parfaitement révélée : une touche d'amande amère et d'iode dans un grand flacon d'encre (de cette encre qui nous faisait faire des pleins et déliés et ... pâtés), encore une référence à une odeur qui ne dira bientôt plus rien aux générations du stylo à bille. Cette nette odeur d'encre était encore plus vive sur les Agaricus praeclaresquamosus que j'ai pu observer, très proches cousins mais plus sylvestres, si proches et aux spores absolument identiques qu'il ne s'agit que d'une seule et même espèce à faciès différents. » (G. Becker, Champignons p.107)

L'Agaric jaunissant, un champignon à rejeter même s'il a été croqué de très nombreuses fois et bien souvent sans réels inconvénients par des estomacs à toutes épreuves, son odeur désagréable encore accentuée à la cuisson devrait suffire à l'éloigner des bonnes tables (A. Marchand / 113).

Agaricus xanthodermus, Agaricus xanthoderma, Agaric jaunissant.
jaunissement de la peau et de la chair de : Agaricus xanthoderma, Agaric jaunissant
Agaricus xanthoderma, l'Agaric jaunissant.
Agaricus xanthoderma, Agaricus xanthodermus la Psalliote jaunissante.

- Espèces proches :

De la Section Xanthodermatei caractérisées par : un jaunissement vif, une odeur peu agréable (encre, iode), un anneau descendant doublé sur sa face inférieure de flocons en roues dentées, espèces peu charnues, toutes indigestes ou toxiques.

=> Agaricus xanthoderma var. griseus, qui vient plutôt sous couvert de bois, à chapeau gris brunâtre, lisse, non fibrilleux ni écailleux ;

=> Agaricus phaeolepidotus (F.H. Møller) F.H. Møller, l'Agaric à écailles sombres ;

=> Agaricus praeclaresquamosus Freeman = Agaricus meleagris J. Schaeff. ou Psalliota meleagris = Agaricus placomyces, l'Agaric pintade ou la Psalliote grise plus robuste que xanthoderma et chapeau garni de squames sombres, sous feuillus ;

=> Agaricus menieri = Psalliota ammophila : l'Agaric des sables ou Psalliote des rivages, plus charnu 12 cm pour le chapeau, 13 x 4 pour le pied non bulbeux, blanc à beige pâle, lisse, présentant un anneau étroit, ensemble du champignon très jaunissant y compris la chair notamment dans le pied, assez rare, fréquente les dunes des régions maritimes.

- Confusions possibles :

Il peut y avoir confusion avec tous les autres Agarics et notamment ceux à jaunissement plus ou moins lent mais tous à odeur agréable comme :

=> Agaricus arvensis, Agaric des jachères à forte odeur anisée ;

=> Agaricus silvicola, Agaric anisé ou A. des bois, forte odeur anisée ;

=> Agaricus albertii, Agaric macrospore si grosse si grande et si charnue qu'il est assez difficile de la confondre, par contre, son odeur n'est pas franchement bonne et vire au mauvais dans l'âge.

et avec :

==> Agaricus campestris, l'Agaric champêtre qui ne jaunit pas mais rougit faiblement, odeur agréable ;

=> Leucoagaricus holosericeus, la lépiote pudique, lames toujours blanches ou à peine rosées, très léger jaunissement, odeur agréable.

Agaricus xanthodermus Genev. 1876
Pratella xanthoderma (Genev.) Gillet 1884
Psalliota xanthoderma (Genev.) Richon & Roze 1885
Fungus xanthodermus (Genev.) Kuntze 1898
Fungus xanthoderma (Genev.) Kuntze 1898
Psalliota grisea (A. Pearson) Essette 1964

Extrait -Species Fungorum - 02/2015

Psalliote jaunissante

(.de) : allemand : Karbol-Egerling, Karbol-Champignon, Gift-Egerling
(.uk) : anglais : Yellow stainer, Yellow-foot agaricus
(.cn) : chinois : 黄斑蘑菇
(.es) : espagnol : Champiñon amarilleante
(.fi) : finnois : Myrkkyherkkusieni
(.it) : italien : Prataiolo tossico
(.jp) : japonais :
(.nl) : néerlandais : Karbolchampignon
(.no) : norvégiens : Giftsjampinjong
(.pl) : polonais : Pieczarka zóltawa
(.se) : suedois : Karbolchampinjon, Giftchampinjon
(.cz) : tchèque : Pečárka zápašná


Pub !!!
Pub !!!

Suggestions
Marasmius Oreades, Marasme des Oréades, Faux mousseron.Marasme des Oréades
Clitopilus prunulusMeunier
Hygrophoropsis aurantiaca, Fausse-girolleFausse-girolle
Leucocoprinus birnbaumii, Lépiote jaune des pots de fleursLépiote jaune
Agaric macrospore, Agaric géant des présAgaric macrospore
Hydne roussissant Hydne roussissant